Comment ouvrir une épicerie fine ?

En avez-vous assez de supporter la pression exercée par votre supérieur hiérarchique au travail ? Souhaitez-vous maintenant vous mettre à votre propre compte en ouvrant une épicerie fine ? Avant de sauter le pas, prenez d’abord connaissance des prérequis de cette activité.

Les raisons du développement des épiceries fines

Le nombre de commerces de proximité ne cesse d’augmenter pour diverses raisons. Les consommateurs veulent réduire le temps passé à faire leurs courses, tandis que les plus âgés préfèrent aller à l’épicier du coin pour acheter ce dont ils ont besoin. Comme les produits bio sont aussi très recherchés actuellement, l’épicerie fine est le meilleur endroit où en trouver, car elle se fournit directement chez les producteurs locaux. Les zones rurales sont délaissées par les mastodontes du secteur, car elles ne correspondent pas à leurs cahiers de charge. Les commerces de proximité ont ainsi de grandes chances d’y développer leurs affaires.

Les formes d’enseigne alimentaire dans le secteur

En ouvrant une épicerie fine, vous avez le choix entre devenir un franchisé, faire partie d’une succursale ou exercer en tant que commerçant indépendant. Les deux premières formes vous engagent à dépendre d’une maison mère pour votre approvisionnement en produits, mais vous mettent à l’abri d’éventuelles défaillances financières. En tant que franchisé, vous devez aussi verser mensuellement un certain pourcentage de votre chiffre d’affaires à l’enseigne mère. Pour la succursale, vous serez embauché comme gérant salarié. Rien de tel que la forme commerce indépendant donc, vous laissant libre de gérer votre affaire et de vous associer avec d’autres indépendants.

Les aptitudes requises

Aucune aptitude spécifique n’est requise pour l’ouverture d’une épicerie fine. Vous devez toutefois avoir quelques connaissances de base en comptabilité ou gestion pour y arriver. Savoir faire connaître au niveau communal ou régional votre enseigne est un plus en créant ou en améliorant le design et le fonctionnement de votre site marchand, par exemple. Cela permettra à vos clients de commander directement en ligne et éventuellement se faire livrer chez eux leurs achats.

Les investissements à faire

Prévoyez aussi les principales dépenses de démarrage que vous devez faire en ouvrant votre épicerie fine. Cela inclut les frais de sa création, les travaux d’aménagement de votre local, l’acquisition de matériels professionnels comme meubles réfrigérés, rayonnage, l’achat d’un véhicule utilitaire, etc. N’oubliez pas l’acquisition de vos stocks de produits, représentant en moyenne les 2/3 de votre chiffre d’affaires annuel…

La souscription à une assurance

Prémunissez-vous contre les risques d’accident dans votre établissement en souscrivant à une assurance multirisque pour commerce. Cela vous mettra à l’abri d’un arrêt intempestif ou perte d’activité suite à un sinistre comme dégâts des eaux, vols, bris de glace, détériorations de marchandises. Cela vous aidera aussi à garantir vos équipements professionnels contre un quelconque dommage.

Les difficultés du métier

Sachez enfin qu’en vous lançant dans cette activité, vous devez savoir anticiper ses difficultés comme la saisonnalité, par exemple, si votre enseigne se trouve dans une zone touristique. Votre gestion de stock ou de personnel doit se faire en fonction pour que votre chiffre d’affaires n’en subisse pas les conséquences et ne se dégrade pas en fonction. Le mieux est donc de vous faire assister par un tiers si vous avez des difficultés au début, notamment pour votre business plan. Il est bon de savoir que la concurrence est rude et que, pour se faire connaître rapidement et se démarquer, il est conseillé d’investir dans la création d’un site marchand sur mesure, design et percutant.  En effet,  presque tout le monde a accès à Internet, et ce, à n’importe quel moment. Et si besoin, autant faire appel à un professionnel en la matière pour connaître des résultats optimaux.

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter