Precisa de um investidor anjo? Basta abrir o Clubhouse

O FINANCIAMENTO DE STARTUP PODE ser um esporte sangrento, o que o torna também um ótimo entretenimento. Foi em 2009 que o Shark Tank introduziu os arremessos do horário nobre, gerando todo um gênero de investimento na TV de realidade. Para citar alguns: Meet the Drapers (apresentado pelo capitalista de risco Tim Draper), Cleveland Hustles (apresentado pela lenda do basquete LeBron James), Entrepreneur Elevator Pitch (exatamente o que parece ser)), The Profit (estranhamente, para investir na falência empresas), Dragon's Den (como Shark Tank, mas britânico) e Tigers of Money (como Shark Tank, mas japonês).

A última entrada neste tópico não está na televisão, mas no Clubhouse. Toda quarta-feira, às 15h, horário do Pacífico, um novo punhado de fundadores compete contra um painel de investidores anjos em um programa semanal chamado Angelhouse. Centenas de outras pessoas o estão ouvindo. As conversas entre fundadores e investidores podem ser informativas, mas “o objetivo de ouvir apresentações não é dar conselhos”, diz Geoff Cook, um dos investidores anjos. "Trata-se de tomar uma decisão: você quer investir ou não?"

Dès le début, Clubhouse a bénéficié d’une scène dynamique de startups, et beaucoup des principaux utilisateurs de l’application sont des capital-risqueurs. Il n’est pas rare de tomber dans une pièce remplie d’entrepreneurs s’entraînant à pitcher ou d’investisseurs discutant des dernières tendances en matière de startups. Cook, qui a créé sa première start-up en 1997, alors qu’il était en première année à Harvard, a vendu plusieurs entreprises et se consacre aujourd’hui à l’investissement providentiel. Après avoir passé un peu de temps sur Clubhouse au début de l’année, il a réalisé que cela pourrait être un bon endroit pour trouver de nouveaux flux d’affaires. Il a demandé à quelques autres investisseurs providentiels qu’il connaissait s’ils voulaient participer, et en janvier, Angelhouse a vu le jour.

Chaque semaine, Angelhouse invite quatre fondateurs à monter sur scène. La plupart des participants ont rempli un formulaire de candidature à l’avance, mais il arrive que l’émission choisisse un volontaire dans le public pour faire un pitch sur place. Il n’y a pas de diapositives ou de séquences B-roll sur Clubhouse. Il s’agit plutôt d’un échange d’une heure entre les fondateurs et les investisseurs qui sondent leurs idées, y compris les détails parfois ennuyeux : spécifications techniques, flux de trésorerie, modèles de distribution. Ensuite, les investisseurs providentiels – qui sont dispersés dans le monde entier – se retirent dans un canal privé sur Slack, où ils discutent pour déterminer si les propositions sont des investissements viables. Ils invitent leurs favoris à revenir toutes les cinq semaines pour le Money Show, où ils décident dans lesquelles ils veulent investir. Personne ne “gagne” le Money Show d’Angelhouse ; parfois, personne n’est choisi. Il n’y a qu’une seule astuce : si un ange fait un chèque, ils font tous un chèque.