Besoin d’un investisseur providentiel ? Ouvrez simplement le Clubhouse

LE FINANCEMENT DE STARTUP PEUT être un sport de sang, ce qui en fait aussi un excellent divertissement. C’est en 2009 que Shark Tank a introduit les pitchs à une heure de grande écoute, donnant naissance à un genre entier de télé-réalité sur l’investissement. Pour n’en citer que quelques-unes : Meet the Drapers (animé par le capital-risqueur Tim Draper), Cleveland Hustles (animé par la légende du basket-ball LeBron James), Entrepreneur Elevator Pitch (exactement ce qu’il semble être), The Profit (bizarrement, pour investir dans des entreprises en faillite), Dragon’s Den (comme Shark Tank, mais britannique) et Tigers of Money (comme Shark Tank, mais japonais).

La dernière entrée en matière sur ce thème ne se fait pas à la télévision mais sur Clubhouse. Chaque mercredi à 15 heures (heure du Pacifique), une nouvelle poignée de fondateurs s’affrontent devant un panel d’investisseurs providentiels dans une émission hebdomadaire appelée Angelhouse. Des centaines d’autres personnes l’écoutent. Les conversations entre les fondateurs et les investisseurs peuvent être instructives, mais “le but d’écouter les présentations n’est pas de donner des conseils”, explique Geoff Cook, l’un des investisseurs providentiels. “Il s’agit de prendre une décision : Voulez-vous investir ou non ?”

Dès le début, Clubhouse a bénéficié d’une scène dynamique de startups, et beaucoup des principaux utilisateurs de l’application sont des capital-risqueurs. Il n’est pas rare de tomber dans une pièce remplie d’entrepreneurs s’entraînant à pitcher ou d’investisseurs discutant des dernières tendances en matière de startups. Cook, qui a créé sa première start-up en 1997, alors qu’il était en première année à Harvard, a vendu plusieurs entreprises et se consacre aujourd’hui à l’investissement providentiel. Après avoir passé un peu de temps sur Clubhouse au début de l’année, il a réalisé que cela pourrait être un bon endroit pour trouver de nouveaux flux d’affaires. Il a demandé à quelques autres investisseurs providentiels qu’il connaissait s’ils voulaient participer, et en janvier, Angelhouse a vu le jour.

Chaque semaine, Angelhouse invite quatre fondateurs à monter sur scène. La plupart des participants ont rempli un formulaire de candidature à l’avance, mais il arrive que l’émission choisisse un volontaire dans le public pour faire un pitch sur place. Il n’y a pas de diapositives ou de séquences B-roll sur Clubhouse. Il s’agit plutôt d’un échange d’une heure entre les fondateurs et les investisseurs qui sondent leurs idées, y compris les détails parfois ennuyeux : spécifications techniques, flux de trésorerie, modèles de distribution. Ensuite, les investisseurs providentiels – qui sont dispersés dans le monde entier – se retirent dans un canal privé sur Slack, où ils discutent pour déterminer si les propositions sont des investissements viables. Ils invitent leurs favoris à revenir toutes les cinq semaines pour le Money Show, où ils décident dans lesquelles ils veulent investir. Personne ne “gagne” le Money Show d’Angelhouse ; parfois, personne n’est choisi. Il n’y a qu’une seule astuce : si un ange fait un chèque, ils font tous un chèque.